Néo-Paganisme

Mai 2017,  La Roue de l'Année

Un thé découverte au rythme de la Roue de l'Année

Le samedi 13 mai s'est tenu le thé découverte sur le thème de la Roue de l'Année. Ce fut l'occasion de revenir sur ce concept cher à la Wicca en particulier et au Néo-Paganisme en général bien qu'on l'y retrouve également sous d'autres noms ou adoptant d'autres formes.

Dans un premier temps, nous avons détaillé chacune des huit fêtes – aussi appelées sabbats – en les positionnant sur la Roue, les situant ainsi à la fois dans l'espace et dans le temps. Ceci a permis de mettre en évidence les différentes étapes du cycle des saisons et de constater que chaque sabbat est le reflet d'un autre, comme une sorte de contrepoids complémentaire. Par exemple, Samhain et Beltane qui se font face véhiculent des notions similaires, mais de manière différente. En effet, s'il est bien connu que Samhain est associé à la peur, cet aspect, qui semble secondaire à Beltane, est pourtant bien plus présent qu'il n'y paraît au premier abord. En réalité, ces deux fêtes sont deux portes ouvertes sur l'Autre Monde : à Samhain, le Voile séparant les deux mondes s'affine au maximum pour permettre aux défunts et aux Êtres Surnaturels d'interagir directement avec les humains ; à Beltane, qui se situe à l'apogée du printemps, les divinités de la nature viennent fertiliser le monde. Or, les Chrétiens assimilaient ces divinités à l'activité sexuelle abondante à des démons et des diables, d'où la peur qu'inspirait aux non-païens cette fête. De plus, les rituels effectués par les Païens durant la nuit qui précédait Beltane (appelée Nuit de Walpurgis) pour canaliser les énergies de fertilité et aider ainsi ces Êtres Surnaturels à faire leur œuvre étaient largement condamnés par les Chrétiens qui les accusaient de s'adonner à des orgies avec les créatures du Mal. C'est ainsi que s'est construite dans l'imaginaire populaire l'idée de danger et de peur qui est souvent associée à Beltane. Pourtant, qu'il s'agisse de Samhain ou de Beltane, il est seulement question d'interactions avec l'Autre Monde, et donc avec des êtres qui ne veulent ni bien ni mal aux humains.

Le même type d'observations peut être développé avec les autres fêtes. Pour donner un autre exemple, Yule et Litha sont aussi des exemples de complémentarité parfaite. En effet, Yule est le jour le plus court de l'année tandis que Litha est le plus long, ce qui implique que le premier va de pair avec la nuit la plus longue et le second avec la nuit la plus courte. Sur le plan mythique, ces deux sabbats sont complémentaires aussi dans les aspects du Dieu qu'ils mettent en avant : à Yule, au moment où le soleil est le plus faible, le Dieu est incarné par le Roi Houx vieillissant et prêt à se retirer une fois qu'il aura perdu son combat contre le Roi Chêne qui représente le jeune Dieu qui lui succède en gagnant en force et en puissance jusqu'à Litha, son apogée. À Litha, qui marque le solstice d'été, l'énergie du Dieu est à son plus haut point, ce qui implique qu'à partir de ce moment elle ne peut que décliner. C'est pourquoi le Roi Chêne cède la place au Roi Houx, qui accompagnera le déclin du soleil jusqu'au solstice d'hiver qui aura lieu à Yule.

Bien sûr, la mise en relief de ces correspondances fascinantes – sur lesquelles il y a beaucoup à dire – fut aussi l'opportunité de revenir sur les principaux aspects et caractéristiques de chaque sabbat. Nous avons ainsi pu aborder les coutumes et les traditions qui sont observées lors de chaque fête en parallèle à ce qu'elles représentent sur le plan mythique et au niveau des différentes étapes qui composent le cycle de l'année.

Mai 2017,  La Roue de l'Année

Une fois tous ces points examinés, nous avons pu passer à la présentation de divers jeux divinatoires, qui s'est déroulée en deux temps. Tout d'abord, nous avons découvert des tarots et des oracles incluant une ou plusieurs illustrations directement liées à la Roue de l'Année. Ainsi, nous avons pu observer différentes représentations de la Roue de l'Année selon le contexte et l'angle offerts par les jeux. Certaines, plutôt classiques même si chaque artiste a fait un superbe travail pour y apporter sa vision, montrent les huit sabbats disposés sur une roue. Chacun est identifié par un symbole qui lui est propre et se trouve face à celui qui le complète. D'autres représentations sont plus originales en dépeignant le cycle des saisons et ses différentes étapes à travers l'illustration du cycle mythique de la vie du Dieu et de la Déesse comme c'est le cas dans le très beau Tarot of the Old Path. Ainsi, l'intérieur d'un cercle est divisé en deux parties égales dont la partie supérieure est baignée de la lumière du soleil tandis que la partie inférieure se trouve dans l'obscurité et n'est éclairée que par la lune et les étoiles. Chaque partie met en avant les événements et traditions correspondant aux sabbats qu'elle contient, allant de l'éveil de la nature aux premières récoltes pour la première en passant par le sommeil de la Déesse, le repos de la nature et l'introspection pour la seconde.

D'autres jeux, très souvent des oracles, consacrent une carte à chaque sabbat, ce qui permet non seulement de détailler la Roue de l'Année, mais aussi dans la plupart des cas de dater les événements qui ressortent dans les tirages. En outre, il est aussi possible grâce à ces cartes d'avoir un aperçu des énergies qui animent chaque situation ou événement afin de mieux en comprendre les fonctionnements et, pourquoi pas, d'y apporter l'énergie complémentaire qui permettra aux projets d'aboutir ou au contraire de se détacher plus sereinement de ce qui nous empêche d'avancer ou de trouver des solutions pour résoudre les problèmes qui peuvent se poser.

Dans un second temps, nous avons examiné des jeux qui, dans leur composition, mettent les saisons à l'honneur. Les oracles concernés sont très souvent structurés en quatre parties dont chacune est placée sous le signe de l'une des quatre saisons. C'est le cas par exemple du très joli Faerie Wisdom, dans lequel on trouve treize fées différentes par section, toutes associées par leur nature et leur type à la saison qu'elles illustrent dans les multiples cultures dont elles sont issues. Lorsque des tarots font référence aux saisons, ils le font à travers les lames mineures, dont ils associent chaque suite à une saison. Ainsi, les correspondances sont habituellement : Bâtons/Printemps, Coupes/Été, Épées/Automne, et Pentacles/Hiver. Bien sûr, certains jeux présentent d'autres associations en fonction de l'angle d'approche qui leur est propre. En rapprochant les suites de lames mineures des saisons, ces jeux continuent la tradition qui existe déjà dans le tarot, qu'il soit de type Marseille ou Rider-Waite Smith. Ils la développent et l'adaptent aux thèmes qu'ils adoptent avec beaucoup de subtilité, ce qui permet d'avoir des visions différentes et d'affiner la manière dont on envisage les événements et la façon dont ils se présentent.

 

Ce thé découverte fut encore une fois un après-midi riche en belles découvertes, entre jeux rares et jeux originaux dans leur forme et leur structure. Je remercie chaleureusement l'unique participante, une amie avec qui j'ai eu grand plaisir à partager cette séance passionnante. La pertinence de ses contributions, sa bonne humeur et son humour ont largement aidé à mettre en valeur les multiples aspects de la Roue de l'Année !

J'ai déjà hâte d'être à la prochaine séance, qui aura lieu le samedi 10 juin 2017 ! Pour vous y inscrire, n'hésitez pas à me contacter avant le mercredi 07 juin au soir !

Au plaisir de vous retrouver autour d'un thé,
Morrigann

 

 

SUR LA PHOTO :
The Well Worn Path (Raven Grimassi, Stephanie Taylor, Mickie Mueller). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2005.

The Hidden Path (Raven Grimassi, Stephanie Taylor, Mickie Mueller). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2007.

Tarot of the Old Path: the Magic Tarot of Female Energies and Wisdom (Sylvia Gainsford, Howard Rodway). Neuhausen am Rheinfall: AGMüller Urania, 1990.

The Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2015.

Wiccan Cards (Nada Mesar, Chatriya Hemharnvibul). Torino: Lo Scarabeo, 2005.

Faerie Wisdom (Gillian Kemp). London - New York: Cico Nooks, 2008 [2003].

Faerie Tarot (Nathalie Hertz). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 2008.

The Victorian Fairy Tarot (Lunaea Weatherstone, Gary Lippincott). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2013.

De Samhain à Halloween

À l'approche de Samhain, un thé découverte hors du temps

À l'avant-veille de l'ouverture traditionnelle de la période de célébration de Samhain s'est tenu le thé découverte d'octobre, intitulé « De Samhain à Halloween ». Comme vous le savez si vous me lisez régulièrement, cette fête est celle que je préfère. C'est pourquoi il m'était impensable de ne pas partager mon intérêt pour celle-ci, notamment à tavers les légendes et les traditions qui y sont attachées.

C'est donc avec un immense plaisir que j'ai accueilli les participants pour un après-midi hors du temps, à l'image du sabbat qui était au centre de notre attention. Une fois confortablement installés autour d'une boisson chaude, nous nous sommes laissés transporter à travers le temps et les dimensions pour remonter aux origines celtiques de Samhain (prononcer so-ween). Voilà qui m'a permis d'évoquer plusieurs aspects de civilisation et de mythologie celtiques afin de montrer de quelle manière les Celtes concevaient le Monde et quels étaient les rapports qu'ils entretenaient avec leurs mythologies et le temps mythique des origines, aussi appelé pseudo-préhistoire. Nous avons ainsi pu comprendre pourquoi Samhain (la nuit du 31 octobre au 1er novembre) était considérée comme hors du temps, mais aussi pourquoi cette période était propice aux rencontres avec l'Autre Monde, qu'il s'agisse de celui des Êtres Surnaturels ou de celui des disparus. Nous avons bien sûr examiné la place que tient cette fête sur la Roue de l'Année, ce qui a permis de se familiariser avec sa portée symbolique et les raisons qui en font un moment si particulier au cours de l'année.

J'ai également abordé la manière dont la fête que l'on connaît aujourd'hui plus largement sous le nom de Halloween a traversé l'Atlantique pour s'implanter aux États-Unis, ce qui a conduit à introduire la citrouille au sein des célébrations. C'est ainsi qu'après les dimensions mythiques et historiques liées à ce sabbat, nous nous sommes concentrés que ses légendes et traditions. Nous avons découvert d'où vient la coutume qui veut que l'on grave des visages effrayants sur de grosses courges en général et sur des citrouilles en particulier, mais aussi pourquoi on les appelle « Jack O'Lantern » (Jack à la Lanterne). Les costumes de monstres, les bougies aux fenêtres et le trick-or-treating ont eux aussi trouvé leurs origines parfois surprenantes dans le folklore et les coutumes anciennes, prenant ainsi tout leur sens.

Tous ces éléments – et bien d'autres encore – ont aidé les participants à se faire une idée plus précise de ce que signifie ce beau sabbat qui, quoiqu'en disent certains, est en réalité bien plus qu'une « fête des morts/de la mort » ou une « fête des monstres ». J'espère avoir réussi à en donner un aperçu complet en mettant en avant le recueillement, l'introspection, la magie et la poésie qui en sont  les principaux ingrédients.

De Samhain à Halloween

Les jeux présentés sont allés en ce sens et ont mis en relief les différents aspects abordés par Samhain/Halloween. Qu'il s'agisse d'introspection, de recueillement, d'affronter ses peurs, d'explorations magiques et spirituelles ou d'honorer le rythme des saisons, toutes les facettes du sabbat étaient à l'honneur dans la sélection (voir photo). Il y en avait pour tous les goûts, du plus sombre au plus poétique, du plus naïf au plus torturé. J'ai été très heureuse de voir qu'aucun jeu n'a laissé les participants indifférents, ce qui a été particulièrement révélateur des peurs et des préoccupations de chacun.

Certains jeux ont suscité l'amusement, vous ont charmés, envoûtés, effrayés parfois, et tous vous ont intéressés pour les particularités qu'ils présentent. Chers participants, je vous remercie vivement pour votre curiosité et votre enthousiasme tout au long de cette scéance, pour vos questions et interventions aussi, qui ont permis d'enrichir les discussions et l'exploration du thème du jour. Un merci tout particulier à l'une des plus fidèles participantes de cette année, qui nous a présenté avec beaucoup d'humour le Zombie Tarot, qui n'a pas manqué lui non plus de faire réagir !

 

Cet après-midi fut encore une fois un très beau moment, riche en belles découvertes et en magie. Je suis ravie d'avoir pu partager avec vous les traditions qui me sont chères, que ce soit sous forme de mythologies, de légendes, de repères civilisationnels ou de folklore. J'espère vivement que ces quelques heures vous auront donné envie de célébrer cette fête à votre tour et à votre manière !

Je me réjouis par avance de vous retrouver très prochainement autour d'un thé afin d'explorer d'autres aspects de la cartomancie ! Le thé découverte de novembre est déjà en cours de préparation, et j'espère qu'il vous plaira tout autant que celui-ci !

En attendant d'avoir ce plaisir, je vous propose quelques lectures complémentaires à la scéance de samedi :
Autour des Sabbats – Samhain
Consultations de Samhain : c'est le moment !

À très bientôt pour de nouvelles découvertes autour d'un thé,
Morrigann

 

 

Sur la photo :
The Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2015.

Oracle of Shadows & Light (Lucy Cavendish, Jasmine Becket-Griffith). Victoria, AUS: Blue Angel Pulishing, 2010.

Les Vampires: Ancient Wisdom & Healing Messages from the Children of the Night (Lucy Cavendish, Jasmine Becket-Griffith). Victoria, AUS: Blue Angel Publishing, 2014.

Tarot of the Dead (Monica Knighton). St Paul, MN: Llewellyn Publications, 2004.

Deviant Moon Tarot (Patrick Valenza). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 2008.

Wiccan Cards (Nada Mesar, Chatriya Hemharvibul). Torino: Lo Scarabeo, 2005.

The Halloween Tarot (Karin Lee, Kipling West). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 1996.

Halloween Tarot (Rodney Howington). Self-published, 2012.

The Halloween Oracle: Lifting the Veil between the Worlds Every Night (Stacey Demarco). Victoria, AUS: Blue Angel Publishing, 2014.

Ghosts and Spirits Tarot (Lisa Hunt). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 2011.

Ghost Tarot (Davide Corsi). Torino: Lo Scarabeo, 2014.

Witchlings (Paulina Cassidy). Stamford: CT: U.S. Games Systems, Inc., 2014.

The Bohemian Gothic Tarot (Alex Ukolov, Karen Mahony). Prague: Magic Realist Press, 2013.

The Gothic Tarot (Joseph Vargo). Celevland, OH: Monolith Graphics, 2002.

Thé découverte de mai - Dans le Cercle des Fées

Pour le mois de mai, un thé découverte en compagnie des Fées

On ne compte plus les jeux divinatoires présentant des Fées. Qu'elles en soient le thème principal ou non, il semble que ces créatures fascinent, sans doute parce qu'elles touchent à ce que l'on conçoit aujourd'hui comme étant les mondes de l'imaginaire. Pourtant, leur réalité prend racine en des temps anciens où le visage qu'elles revêtaient était bien différent de celui qu'on leur attribue communément de nos jours.

On les retrouve en effet sous plusieurs formes dans les récits médiévaux, qu'ils soient littéraires ou mythologiques. Dans tous les cas, elles font partie du quotidien – plus ou moins ordinaire – de chacun et sont présentes en filigrane dans l'environnement des humains. Dans certaines contrées, les Fées sont ce que l'on appelle des « dieux diminués », c'est-à-dire que lorsque ces régions ont été christianisées, les « nouvelles » croyances ont remplacé les anciennes tandis que l'ordre apporté par les institutions – l'Église en tête – est devenu la norme. Ainsi, les villes sont devenues les lieux où l'on trouvait les honnêtes gens, ceux qui se conformaient aux lois terrestres et spirituelles et qui représentaient l'ordre établi par la morale. Face à ces espaces sécurisés et sécurisants s'élevait la forêt, qui incarnait alors le chaos sous toutes ses formes : ces étendues vertes livrées à la Nature sauvage ne connaissaient aucun ordre que ce soit puisque la végétation s'y développait de façon anarchique. Ce désordre ambiant était perçu comme dangereux, car dans la forêt, les codes établis par les hommes ne s'appliquaient pas. Ainsi, les humains y perdaient leurs repères – et leur chemin ! – et ne pouvaient contrôler ce qui s'y passait. Celui qui s'y aventurait se trouvait alors à la merci du monde sauvage, et la forêt était donc considérée comme le lieu de tous les dangers.

C'est pourquoi la forêt apparaît dans les récits médiévaux comme l'endroit où se retrouvent ceux qui pour une raison ou pour une autre ne rentrent pas dans les cadres établis par la société. Ainsi, s'y réfugient les hors-la-loi (on pensera à Robin des Bois), les voleurs, ceux qui errent, mais aussi les créatures appartenant aux anciennes traditions ainsi que les animaux merveilleux comme les licornes. Parmi ces êtres ayant fait de la forêt leur sanctuaire se trouvent les Fées, qui ne sont autres qu'une forme de mutation des dieux qui étaient au cœur des croyances d'antant. En effet, les anciennes religions étant supplantées par le Christianisme, leur influence sur les populations et les traditions s'en est trouvée réduite et comme elles n'étaient pas admises au sein des villes bien ordonnées, la forêt est devenue le nouvel habitat des dieux. Voilà qui était pourtant tout indiqué puisque de tout temps, les Êtres Surnaturels présents dans ces traditions ont été intrinsèquement liés à la Nature dont ils incarnaient les différents aspects. Faire de la forêt leur royaume a nettement réduit l'étendue de leur champ d'action, si bien qu'ils ont peu à peu mué à mesure qu'ils perdaient de leur envergure pour subsister sous la forme des Fées que l'on rencontre notamment dans les poèmes médiévaux appelés Lais Féeriques et Lais Bretons. Ces textes racontent comment des chevaliers en quête d'aventure se risquent dans la forêt et y rencontrent de belles jeunes femmes qui changeront leur destin à jamais, tantôt en leur soumettant une quête, tantôt en leur lançant des défis. À mesure que l'on avance dans le conte, on se rend compte que le chevalier a bel et bien rencontré une Fée, c'est-à-dire un Être Surnatuel. De ce fait, il est entré en contact avec l'Autre Monde, autrement dit le plan sacré, celui des mythes.

Ces intrusions dans l'Autre Monde ne laissent pas celui qui y pénètre indemne. Lorsqu'il retourne dans le monde humain en traversant à nouveau la frontière qui l'en sépare (la plupart du temps un ruisseau ou une rivière), il lui est impossible de reprendre son existence là où il l'avait laissée, pas plus qu'il ne peut continuer à y appliquer les mêmes règles qu'avant. Il n'est pas rare en effet qu'il doive obéir à une ou plusieurs règles – le plus souvent des interdits – qui lui auront été imposées par la Fée avant qu'elle ne l'autorise à repartir. Par ailleurs, les Fées décident du destin de celui qui croise leur chemin, que ce soit à son avantage ou non. En réalité, elles ne sont ni bienveillantes ni malveillantes : en tant que dieux diminués, elles agissent selon l'ordre naturel des choses, c'est-à-dire selon ce qui est bon pour le fonctionnement du Monde indépendamment de ce que souhaitent les hommes. Elles sont donc impartiales et représentent les forces de la Nature. C'est d'ailleurs de là qu'elles tiennent leur nom, car le terme fée est hérité du latin fatum (pl. fata) qui signifie destin.

À la lumière de ces éléments, on comprend pourquoi ces figures énigmatiques, grandes, belles et fascinantes sont présentées tantôt comme des alliées précieuses, tantôt comme de terribles et effrayantes rencontres. Quels que soient les textes médiévaux dans lesquels elles apparaissent, elles incarnent l'Autre Monde, celui des mythes et du plan sacré, celui des traditions pré-chrétiennes, d'où leur charisme et leur capacité naturelle à intimider celui qui les rencontre.

Or, la manière dont on conçoit les Fées a beaucoup évolué au fil des siècles, et l'on s'est parfois grandement éloigné de leur envergure originelle. Ceci est particulièrement visible au cours de l'Ère Victorienne, où elles sont reléguées au rang de divertissement pour enfants, que ce soit dans les rôles qui leur sont attribués dans les contes ou dans la manière dont on les perçoit en général. Peu à peu, elles en sont arrivées à appartenir au monde de l'enfance tandis qu'auparavant leur présence concernait tout le monde. On les a cantonnées à l'imaginaire et elles sont devenues des créatures non plus réelles, mais purement fictives. Elles ont bien sûr perdu leur envergure et leur rôle de décideuses du destin des hommes, et seuls les enfants peuvent les voir ou y croient. Les contes de fées, qui au départ s'adressaient davantage aux adultes qu'aux enfants, sont désormais considérés comme exclusivement destinés à un jeune public.

Les fées sont donc adaptées à l'imaginaire enfantin : elles perdent leur grande taille pour devenir minuscules, pas plus hautes que le pouce, à l'image de la Fée Clochette (Peter Pan, J.M. Barrie). Si elles conservent leurs liens avec la nature dont elles continuent d'incarner certains aspects de façon plus naïve, elles se révèlent facétieuses et font preuve d'espièglerie. Ainsi, on les retrouve associées à tel ou tel type de plante, et leur caractère rieur est souvent mis en avant. Le thé découverte de décembre 2016 reviendra plus en détail sur ces considérations qui méritent que l'on s'y attarde plus longuement. D'où l'idée de leur consacrer une séance !

 

Thé découverte de mai - Dans le Cercle des Fées

 

Après avoir exploré ces différents axes, nous avons observé de quelles manières les Fées étaient présentées dans un éventail de jeux varié. Ainsi, nous sommes revenus sur les Fées médiévales qui sont au cœur de nombreux tarots et oracles, et avons même eu l'occasion de remarquer que leurs rôles n'étaient parfois pas éloignés de ceux que peuvent endosser les anges, qui cohabitent d'ailleurs avec elles dans certains oracles. À travers ce voyage, nous avons donc continué de faire connaissance avec les multiples facettes des Fées, qu'elles soient dépeintes comme des réminiscences d'anciennes divinités ou qu'elles revêtent un visage plus enfantin. Mythologies, traditions folkloriques, contes pour enfants et fées victoriennes, toutes étaient au rendez-vous pour cet après-midi teinté de magie !

Par ailleurs, la diversité artistique qui s'est illustrée dans les différents jeux a permis à chacun de découvrir des supports qui ont pu raisonner avec ses sensibilités. Des jeux utilisables pour de petits tirages par les débutants à ceux qui s'adressent à des cartomanciens plus avertis, il y en a eu pour tous les goûts, y compris pour les collectionneurs qui ont pu admirer des jeux rares ou désormais introuvables.

Ce thé découverte s'est encore une fois déroulé sous le signe de la bonne humeur, de l'humour et de la chaleur humaine. Je remercie vivement les participants pour leur enthousiasme et leur curiosité envers le thème du mois, ce qui a mené à de passionnantes discussions et a permis d'ouvrir les horizons !

Je me réjouis déjà de poursuivre l'exploration de l'Autre Monde dès la prochaine séance qui aura lieu début juin et introduira la fascinante figure de l'Homme Vert – appelé Green Man en anglais. Je vous donne donc rendez-vous dans quelques semaines si vous le voulez bien !

À très bientôt autour d'un thé,
Morrigann

 

SUR LA PHOTO (de gauche à droite et de haut en bas) :
Wild Wisdom of the Faery Oracle (Lucy Cavendish, Selina Fenech). Victoria, AUS: Blue Angel Publishing, 2009.

The Victorian Fairy Tarot (Lunaea Weatherstone, Garu A. Lippincott). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2013.

The Faerie Guidance Oracle (Paulina Cassidy). Woodbury, MN: Llewellyn Worldwide, 2012.

The Faery Forest: An Oracle of the Wild Green World (Lucy Cavendish, Maxine Gadd). Victoria, AUS: Blue Angel Publishing, 2016.

Twilight Realm: A Tarot of Faery (Beth Wilder). Atglen, PA: Schiffer Publishing, LTD, 2010.

The Faeries' Oracle: Working with the Faeries to Find Insight, Wisdom and Joy (Jessica Macbeth, Brian Froud). New York, NY: Simon & Schuster, 2000.

Universal Waite Tarot Deck (Arthur Edward Waite, Pamela Colman Smith, Mary Hanson-Roberts). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 1990.

Tarot des Fées (Riccardo Minetti, Pietro Alligo, Mara Aghem). Torino: Lo Scarabeo, 200.

The Stolen Child Tarot (Monica L. Knighton). Self-published, 2013.

Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak, Joseph Vargo). Cleveland, OH: Monolith Graphics, 2003.

Inspirational Wisdom from Angels & Fairies (Frances Munro, Judy Mastrangelo). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 2015.

Thé découverte d'avril

Thé découverte d'avril: sorcières et vampires au rendez-vous pour la Nuit de Walpurgis!

Le thé découverte de ce samedi 09 avril fut très particulier puisque nous y avons abordé une fête très peu connue dans nos contrées, à part des médiévistes, des Néo-Païens au sens très large du terme et des amateurs de certains types de musique et de littérature. En effet, lorsqu'on évoque la Nuit de Walpurgis, peu nombreux sont ceux et celles qui parviennent à la situer dans le temps ou à en décrire les traditions et les croyances qui lui sont associées.

Beltane, qui se tient le 1er mai et fête l'apogée du printemps, la supplante dans la plupart des esprits. Ceci est très certainement dû à la réputation pour le moins sulfureuse de la nuit du 30 avril au 1er mai que l'on appelle Nuit de Walpurgis. Cette nuit, que l'on désigne aussi en tant que Hexennacht (« Nuit des Sorcières ») en Allemagne, a la réputation d'être aussi dangereuse, voire plus dangereuse, que celle de Samhain puisque selon les croyances populaires – et surtout celles implantées par l'Église – c'est au cours de celle-ci que l'on risque de s'exposer aux plus grands périls et de rencontrer diables et démons de toutes sortes. C'est aussi lors de cette nuit que les sorcières sont censées se réunir pour tenir leur sabbat, appelant les démons à collaborer avec elles.

Si l'on revient aux origines de cette fête, on se rend compte que toutes ses croyances s'expliquent de la façon la plus rationnelle qui soit et que ce qui donne à la Nuit de Walpurgis sa terrifiante réputation est lié à des réalités historiques et scientifiques bien plus terre à terre que les superstitions qui se sont propagées. Il faut cependant distinguer l'origine du nom donné à cette fête de celles des phénomènes rapportés et propagés par voie orale. Le nom donné à cette nuit très spéciale est d'origine chrétienne. Walpurgis (ou Walburge, Walpurge) était une sainte née en Angleterre en 710, à qui l'on confia la mission de christianiser les populations germaniques d'une partie de l'Allemagne. Après une vie très pieuse bien remplie, la missionnaire mourut en 779 (toujours en Allemagne). Depuis, elle est fêtée le 1er mai dans les pays nordiques.

Or, c'est à cette même date que l'on célèbre le printemps dans toute sa force puisque le 1er mai se trouve à mi-chemin entre l'équinoxe de printemps et le solstice d'été. Voilà qui en fait le point culminant de la saison, et l'on considère que c'est à ce moment-là que les énergies qui rendent la nature fertile sont les plus actives. C'est pourquoi les populations non chrétiennes (païennes) fêtaient les divinités de l'abondance et de la fertilité afin de les aider à venir faire leur œuvre. Ainsi, on invoquait ces puissances naturelles pour les encourager et les soutenir dans leurs entreprises et assurer l'épanouissement total de la Nature. L'Église, dont le but était bien sûr de convertir ces populations, a décrété que les divinités en question n'étaient autre que des diables et des démons, en grande partie parce que ces célébrations de la fertilité sous toutes ses formes ne lui semblaient pas acceptables.

L'implication des sorcières dans l'ensemble des croyances liées à cette fête est due à un témoignage rapporté en Allemagne. Un groupe de femmes aurait en effet été observé cette nuit-là au sommet du Mont Brocken en train de tenir leur sabbat et d'invoquer les « démons » dont il vient d'être question. Les témoins auraient vu d'effrayantes formes danser autour des sorcières, ce qui n'a fait qu'ajouter à la réputation non seulement de la Nuit de Walpurgis, mais aussi des sorcières aux pratiques « diaboliques ».

Fête païenne diabolisée, la Nuit de Walpurgis a alimenté de nombreux fantasmes et a été la source d'inspiration de nombreux musiciens et écrivains de tous courants. Par exemple, Bram Stoker la mentionne dans sa nouvelle Dracula's Guest, où le personnage principal doit rencontrer le Comte à ce moment-là. Dès lors, elle est également associée aux vampires, que l'on peut assimiler par extension aux terribles « démons » que l'on est censé rencontrer au cours de cette terrible nuit.

 

Thé découverte d'avril

 

Les jeux présentés au cours de ce thé découverte ont mis en valeur les sorcières et les vampires puisque ceux-ci font partie intégrante du légendaire associé à la Nuit de Walpurgis. Bien sûr, la figure de la sorcière a beaucoup évolué depuis ces temps reculés où on l'appelait la « fiancée du Diable ». De nos jours, elle a troqué ses verrues, son nez crochu et ses haillons pour un physique et une tenue plus « passe-partout », et son image n'est plus celle de la méchante sorcière qui jette des mauvais sorts. Les jeux conernant les sorcières qui ont été présentés explorent ces aspects avec beaucoup d'humour sans jamais tomber dans le cliché, dans un sens ou dans l'autre. Les créatures « démoniaques » telles que les démons et les vampires ont également eu la part belle à travers des jeux originaux, dont certain d'une beauté fascinante et hypnotique. Voilà de quoi préparer avec soin la Nuit de Walpurgis et se livrer à différents types d'explorations au cours de cette fête si particulière !

S'il est un thé découverte qui a éveillé les curiosités depuis le début de l'année, c'est bien celui-ci ! Ce fut donc un après-midi particulièrement riche en découvertes et en surprises, car les explorations nous ont emmenés dans différentes directions, allant même jusqu'à évoquer des systèmes de croyances et des religions à la réputation tout aussi sulfureuse – à tort – que la fête qui les a vus naître officiellement.

Je remercie chaleureusement les personnes qui ont partagé ce moment avec moi, pour leur bonne humeur, leur humour, mais aussi l'enthousiasme et l'ouverture d'esprit dont elles ont fait preuve au cours de la présentation de concepts allant parfois à l'opposé de ce qui est habituellement présenté comme politiquement correct. Je les remercie d'avoir emprunté ces chemins parallèles en ma compagnie !

Un tout grand merci également à Selenya de Forest Shadows, qui était des nôtres et qui a pu présenter de belles choses confectionnées de ses blanches mains (pochettes, bijoux)... et annoncer une excellente nouvelle en avant-première ! Que les curieux se rassurent, dès que la grande nouveauté sera lancée, elle sera annoncée sur ce blog !

J'espère que ce thé découverte vous a plu autant qu'à moi, et je me réjouis d'avance de vous retrouver le mois prochain !

À très bientôt autour d'un thé,
Morrigann

 

SUR LA PHOTO (de gauche à droite et de haut en bas) :
Good Witch, Bad Witch: Sweet Spells and Dark Charms (Gillian Kemp, Emma Garner). Boston - New York: Bulfinch Press (Little, Brown and Company, Inc.), 2002.

Witchlings (Paulina Cassidy). Stamford, CT: U.S. Games Systems, Inc., 2014.

Les Vampires: Ancient Wisdom & Healing Messages from the Children of the Night (Lucy Cavendish, Jasmine Becket-Griffith). Victoria, AUS: Blue Angel Publishing, 2014.

The Daemon Tarot: the Forbidden Wisdom of the Infernal Dictionary (Ariana Osborne, Louis Breton). New York, NY: Sterling Ethos, 2013.

The Tarot of the Vampyres (Ian Daniels). Woodbury, MN: Llewellyn Publications, 2010.

The Gothic Tarot (Joseph Vargo). Cleveland, OH: Monolith Graphics, 2002.

The Vampires: Tarot of the Eternal Night (Patrizia Nati, Davide Corsi). Torino: Lo Scarabeo, 2009.

Thé découverte de mars

Un thé découverte pour explorer les résonances néo-païennes en cartomancie

Le thé découverte de mars s'est tenu ce samedi 12 mars. Au cours de celui-ci, nous avons eu le plaisir d'examiner de quelle manière les traditions néo-païennes sont représentées dans les jeux divinatoires. Ainsi, nous avons commencé par définir ce qu'est le Néo-Paganisme et avons évoqué les principaux courants qui le composent.

Nous nous sommes notamment concentrés sur la Wicca, qui demeure la religion néo-païenne la plus connue. À travers ses grands principes et ses symboles, nous en avons retracé l'histoire et nous sommes intérrogés sur les rôles qu'ont joué Gerald B. Gardner et Doreen Valiente dans la reconnaissance de la Wicca et dans la sortie du placard à balai de ses adeptes dans les années 1950. Les grands principes de la Wicca ont été abordés, y compris quelques-unes des grands débats qui se posent encore de nos jours, comme par exemple son « invention » (toute relative, bien sûr) par Gardner ou la Règle des Trois (instaurée par Doreen Valiente), controversée dans plusieurs traditions. Nous avons également observé que le terme wicca, choisi par Gardner pour désigner les traditions sorcières, est un mot vieil-anglais faisant référence à la connaissance et à la sorcellerie, ce qui accentue le lien entre les traditions anciennes et les pratiques d'aujourd'hui en insistant sur la notion de continuité et d'évolution de ces principes et pratiques à travers les âges. Tout ceci nous a permis de nous familiariser avec les fonctionnements de la Wicca et avec ses grands principes fédérateurs tels que le Dieu et la Déesse, la Roue de l'Année et les sabbats, ainsi que certains des symboles qui en constituent l'imagerie courante.

Nous avons également abordé la place importante qu'occupe la magie dans les cultures ésotériques et néo-païennes, et en particulier wiccanes. Si tous les groupes ne la pratiquent pas, ceux qui y ont recours utilisent parfois des cartes divinatoires dans leurs rituels. La divination dans ses multiples formes fait également partie des pratiques courantes, et les cartes (tarots et oracles) comptent parmi les supports favoris des praticiens.

 

Thé découverte de mars

C'est pourquoi les jeux présentés lors de ce thé découverte se sont concentrés sur les différentes représentations visuelles et symboliques des principes néo-païens, que ce soit au sein de la Wicca ou en dehors. Nous avons pu observer de quelles manières sont dépeints le Dieu et la Déesse, mais aussi les principaux outils permettant la pratique magique, ainsi que les idées et les concepts centraux de ces spiritualités. La diversité des supports mis en avant a fait ressortir différentes atmosphères, propres au style pictural des artistes et à l'angle d'approche adopté par les auteurs, dont certains sont des figures reconnues dans ces cercles. Ces explorations ont permis d'avoir un aperçu plutôt complet de ce vaste sujet et de donner quelques références solides à ceux qui souhaitent étudier ces traditions et se familiariser avec leurs multiples facettes. Chacun peut donc s'orienter vers le jeu qui lui plaît le mieux, selon sa sensibilité et ses goûts artistiques !

Ce fut un après-midi riche en découvertes, tant sur le plan artistique que culturel. Je remercie les personnes qui ont participé à ce thé découverte et qui y ont activement contribué grâce à leurs interventions et leurs questions pertinentes. J'ai été ravie de préparer cette séance et de l'animer tant le plaisir d'échanger autour de ce thème est grand. J'espère en tout cas avoir donné aux participants l'envie d'aller plus loin dans leurs explorations !

J'ai déjà hâte d'arriver à la prochaine séance, dont le thème attise les curiosités depuis la mise en ligne du programme des thés découverte !

À très bientôt autour d'un thé,
Morrigann

 

SUR LA PHOTO (de gauche à droite et de haut en bas) :
The Well Worn Path (Raven Grimassi, Stephanie Taylor, Mickie Mueller). St Paul, MN : Llewellyn Worldwide, 2005.

Tarot of the Old Path : the Magic Tarot of Female Energies and Wisdom (Howard Rodway, Sylvia Gainsford). Neuhausen am Rheinfall : AGMüller Urania, 1990.

The Hidden Path (Raven Grimassi, Stephanie Taylor, Mickie Mueller). Woodbury, MN : Llewellyn Worldwide, 2007.

The Wicca Deck (Sally Morningstar, Danuta Mayer). London : Connections Book Publishing, 2014.

The Green Witch Tarot (Ann Moura, Kiri Østergaard Leonard). Woodbury, MN : Llewellyn Publications, 2015.

Wiccan Cards (Nada Mesar, Chatriya Hemharnvibul). Torino : Lo Scarabeo, 2005.

Madame Endora's Fortune Cards (Christine Filipak, Joseph Vargo). Cleveland, OH : Monolith Graphics, 2003.

The Druid Craft Tarot Deck (Phili and Stephanie Carr-Gomm, Will Worthginton). London : Connections Book Publishing, 2004.

Magical Spell Cards (Lucy Cavendish). Carlsbad, CA : Hay House, 2002.